PLANCHE DE CORRESPONDANTS

01 – Intervention de M. VALER PROPERI.
02 – Intervention Tenue Blanche Ouverte Du vendredi 17 avril 2015 E :. V:. Orient de Gémenos (13420).

*

*          *

01 -Intervention de M. VALER PROPERI

le lion verdé

Face à soi-même : on est seul. On est seul à pouvoir se rectifier après être allé au plus profond de son être… Là où réside le Feu nécessaire à la transmutation de notre personne… Au cœur de la croix… Du creuset… « V.I.T.R.I.O.L.(+)U.M. » ou le Lion alchimique (le Sel ou cet agent régulateur du Feu… Remémorez-vous ces images de lion vert en train d’ingérer un soleil…).

Par contre l’homme est un animal éminemment sociable.
Ce qui, pour autant, ne veut pas dire que qui que ce soit ai autorité sur un autre individu quant à sa rectification (excepté, bien sûr, s’il représentait un danger pour le reste de la communauté).

C’est ce pourquoi si l’on veut changer la société, il faut se changer soi-même.

La contradiction apparente entre la notion de solitude dans l’introspection et la notion de vie en collectif n’en est pas une, au contraire :
Autrui peut aider à l’introspection… Les Autres sont un bon révélateur de Soi même. Ils sont le lien (le Sel ?) entre le moi et le Soi… A travers la relation aux autres, on peut apprendre à se regarder objectivement/de l’extérieur… Comme si nous étions, justement, autrui. Ainsi, nous aurons les moyens de nous percevoir (percer/voir) autrement et nous pourrons réaliser cet Œuvre de rectification.

En revanche, ce qui peut fausser la relation à autrui c’est ce que l’on en attend… Entre deux amis, il y a-t-il toujours la même attente ? Ça n’est pas dit, car les attentes seront conformes au vécu, etc…
Si l’on veut être honnête avec autrui, il faut l’être avec soi-même et il faut nécessairement éviter de confondre la relation que l’on crée d’un avatar de cette même relation.
Nous ne manquons pas d’exemples : un patron qui devient ami avec ses subordonnés ou qui a peur de les perdre (et de perdre ainsi une partie du chiffre) ; une jeune maman célibataire qui désire être aimée de son fils pour combler son manque affectif (donnant ainsi une responsabilité d’adulte a un enfant)…. les situations s’inversent, mais sont-elles souhaités ainsi par l’autre ?

C’est à nous même de trouver l’objet de nos attentes/désirs. Toutes les réponses sont en nous et nous ne pouvons toujours tenir pour responsable notre entourage plus ou moins proche.
« Je ne vais pas lui demander ce qu’il en pense, je sais déjà ce qu’il va me dire ! » suppose que vous ne souhaité entendre ses propos qu’il a vous dire… que vous souhaitez entendre le contraire… bref : par déduction, vous savez ce que vous voulez entendre et vous savez aussi, au fond de vous, que si vous souhaitez poser la question c’est peut-être que la réponse envisagée n’est pas la bonne. En fait, vous savez tout !

Connaître ses manques et les combler en allant directement à la source, c’est mettre de l’ordre dans sa vie. Cela amène ipso-facto au détachement… Détachement dans les relations et aux problèmes qui peuvent en découler.
Si l’on attend plus rien des autres, si l’on attend plus qu’ils soient complices ou pas de nos envies (et non de la raison), alors on en est détaché et on peut les prendre pour ce qu’ils sont (et non pour ce que l’on veut qu’ils soient !).
On passe ainsi de l’avoir à l’être… Du « moi » au « Soi ».

Trop souvent, l’on pointe l’arme vers autrui et l’on se cherche des justifications… Le chevalier des temps modernes mène une croisade contre ses propres Démons et est bienfaisant quant à autrui.

2016 – 08 -01 VALER PROPERI

*
*       *

02 Intervention Tenue Blanche Ouverte

Du vendredi 17 avril 2015 E :. V:.
Orient de Gémenos (13420)

Mesdames, Messieurs, chers amis, mes SS:. et mes FF:. , Avant de commencer cette soirée, je tiens personnellement à vous remercier de votre présence en ces lieux où nous avons l’habitude de nous retrouver entres FF:. MM:. quelques soirs dans le mois. Pour le bon déroulement de cette conférence-débat, je vais vous informer de certains de nos us et coutumes en termes de réunion ouvertes à nos amis, nos proches et nos familles. Dans un premier temps, je me ferai l’interprète du Sup:. Cons:. en vous proposant de développer le thème de ce soir qui est :

« La F:. M:. de tradition, la liberté absolue de conscience et les libertés fondamentales de la République »

Dans un second temps, la parole vous sera donnée, sur votre demande, par notre T:. R:. G:. M:. Adjoint afin que vous puissiez nous faire partager vos réflexions sur ce sujet ou bien poser d’éventuelles questions. Puis nous nous retrouverons autour du verre de l’amitié et partagerons  des agapes fraternelles au restaurant se trouvant au 2ème étage.
Le thème de cette T:. B:. O:.  n’est ni le fruit du hasard ni une soudaine envie de mettre en avant un thème spécifiquement maçonnique et de l’afficher en place publique. Il s’agit d’affirmer haut et fort que la F:. M:.  Universelle en général et dite de Tradition en particulier est « au monde » et dans « le monde ». Par là même, qu’elle se veut simultanément discrète et ouverte, d’essence  spirituelle et pragmatique, individuelle et collective, spéculative et opérative. Je ne vous cacherai pas que le sujet de ce soir fait échos aux évènements tragiques qui se sont déroulés à Paris au mois de janvier dernier et à Tunis en mars. Mesdames, mes-sieurs, chers amis, mes SS:.  et mes FF:. , prenons le temps paisiblement, une fois l’émotion dissipée, une fois l’actualité intense passée de nous concentrer sur la réalité des causes et pas seulement sur les effets de ces actes extrêmes. En quoi des FF:.  MM:.  du XXIème siècle que nous sommes pouvons-nous être interpellés par ce qui vient de se passer ? Est-il naturel que nous endossions notre rôle de veilleurs sans faire montre de donneurs de leçon du style : « nous vous avions prévenus… » ou bien « si tous les hommes agissaient en FF:.  »…?
Il eut été plus simple et rapide pour moi ce soir de vous proposer trois conférences bien distinctes qui auraient eu pour thèmes les trois sujets exposés ce soir qui sont, je vous le rappelle : Les Libertés fondamentales de la République, La Liberté Absolue de Conscience et la Franc-Maçonnerie de Tradition. Cependant, je m’efforcerai de vous sensibiliser sur l’Unicité de l’ensemble, concept que j’ai la faiblesse de partager avec certains, ici et ailleurs, et que le lien naturel entre ce trois thèmes est le chemin personnel de toute une vie et le ciment invisible d’un parcours collectif. Allons au-delà de la litanie des bienfaits d’un monde où, comme idéalement à l’intérieur de nos Temples, la fraternité interconfessionnelle, le respect de l’autre, la bienveillance du cœur et la bienfaisance active sont les grands axes du mythique « vivre ensemble ».

Les Lois fondamentales de la République, pour qui ? Pourquoi ?
Quelles sont-elles ? Les apprend-t-on dès notre plus jeunes âge en famille ou bien à l’école de la République ? Qui décide et priorise pour le citoyen des Lois à édicter et à respecter ? Il est intéressant de savoir que ces lois dites fondamentales ont été listées par nos « Sages » et je vais vous les énumérer une à une sans que vous somnoliez après cette journée de dur labeur.
Rassurez-vous, les Sages du Conseil Constitutionnel ont bien faits les choses, il n’y en a que onze identifiées :
1°) La Liberté d’Association
2°) Les droits de la défense
3°) La Liberté individuelle
4°) La Liberté d’enseignement
5°) La Liberté de Conscience
6°) L’indépendance de la juridiction administrative
7°) L’indépendance des professeurs d’Université
8°) La compétence exclusive de la juridiction administrative pour l’annulation des décisions prises dans l’exercice des prérogatives de la puissance publique.
9°) L’autorité judiciaire gardienne de la propriété privée immobilière
10°) L’exercice d’une justice pénale des mineurs
11°) L’utilisation des lois en Alsace et Moselle, « tant qu’elles n’ont pas été remplacées par les dispositions de droit commun ou harmonisées avec elle ».
L’exercice est fastidieux mais oh combien nécessaire car, outre le fait d’harmoniser le « vivre ensemble », les dispositions républicaines envers le fait spirituel sont présentent. Personnellement trois d’entre-elles nous interpellent plus particulièrement. Non pas qu’elles soient d’une importance plus élevée que d’autres mais elles nous sont plus accessibles dans notre quotidien.
Se sont, dans le désordre : la Liberté individuelle, la Liberté de Conscience et bien entendu Liberté d’association. Certes, depuis plus de deux siècles, bon nombre des rédacteurs de constitutions, de lois et autres droits institutionnels sont des hommes et des femmes pratiquants l’Art Royal qu’est la F:. M:. . Mais cela n’explique pas cette propension à l’harmonie où le faible est protégé, où il est demandé à ceux qui sont heureux et puissants, de pratiquer la Sagesse et la modération dans l’usage des
biens de ce monde. Car il s’agit précisément de cela, rendre intelligible et accessible la Ré-publique idéale à tous ses enfants. Ce qui serait la moindre des choses car si l’on s’attarde quelques instants sur l’origine du mot même de République, il vient du latin « Res » traduit par « chose conceptualisée par le bien » et de « publicus », « public ». La Res Publica, si l’on se réfère à la Genèse du concept, est donc un bien commun, à la fois source et fruit d’une société vivant dans une harmonie nécessairement individuelle au bénéfice du collectif. On pourrait se poser légitimement la question : mais que vient faire la notion d’individu dans le concept de la Res Publica ? Et c’est à cet instant que l’Homme prend toute sa dimension, à cet instant où il devient un citoyen à part entière de cette République, le citoyen du Monde qui l’entoure. L’instant où il a conscience d’avoir une conscience, où l’Homo Sapiens devient Homo Sapiens Sapiens : Homme qui sait qu’il sait. Il sait qu’il à toute sa place au sein de la République, qu’il dispose de droits inaliénables liés à des devoirs tout aussi impérieux. Pour certains, cette conscience est à la fois mentale et spirituelle. Ces deux faces d’une même entité doivent établir et affirmer notre Humanité au sein du règne naturel. De l’absolue nécessité de se réinscrire au sein même de ce que les grecs anciens dénommés GAIA et ce que les scientifiques modernes ont modélisé pour assimiler la planète où nous vivons à un organisme vivant dont l’humanité serait le Régent. Le régent c’est-à-dire le dépositaire temporaire et révocable d’un bien commun nommé la Terre. Et c’est à l’aide de cette conscience, à la fois psychique et spirituelle, que nous pourrions mener à bien cette lourde tâche. Mais, car il y a un mais, à cet instant apparaît une petite voix intérieure qui nous murmure : « Ce n’est pas gagné parrain » comme dirait mon filleul d’une dizaine d’années !!! A voir l’état du joyau qui nous a été confié, l’existence de sociétés totalitaires bordées par des frontières administratives tracées arbitrairement sur des cartes d’état-major, des religions prosélytes se reconnaissants une origine commune mais prônant la primauté de la leur … « Ce n’est pas gagné parrain !!! ». Constat est fait, que faire maintenant ?

Pourquoi clamer que la liberté de conscience est « absolue » ?

En préambule, je donnerai la réponse suivante :
« … A partir de ce jour et dès cet instant, je répandrai les enseignements que j’aurais reçus afin qu’une pleine lumière éclaire la route des hommes et cela sans distinction de classe social, de race, de couleur, de religion ou de nation.
Je m’efforcerai de donner l’exemple de toutes les vertus, sacrifiant par avance tout vain désir d’honneur, toute ambition et toute vanité.
………
Je serai le soutien du faible, l’adversaire de l’injustice, m’opposant à toute violence immérité, d’où qu’elle vienne, qu’elle s’adresse au corps ou à l’âme … »
Certains membres de cette honorable assemblée pourraient être courroucés par le fait que je lise ces quelques lignes du Serment qui, à peu de choses prêt, est porté par tous les FF:. MM:. sur la surface de la Terre lors de leur Réception en Loge. Cependant, les choses simples s’énonçant clairement, alors tout simplement, comme tant d’autres, je me le suis approprié. Et de plus, internet et les rayons de la FNAC sont remplis de textes similaires accessibles à tous. Ce serment guide toute une vie, il conforte l’homme ou la femme qui le prend dans son choix d’être pleinement un être Humain avec des droits et des devoirs, avec toute son humanité tout simplement. Il y a environ 2 400 ans, Socrate aurait enseigné à Platon que l’Homme ne savait rien… mais paradoxalement que TOUT était en lui. La recherche de l’être intérieur et la quête de sa conscience propre sont des chemins menant à la découverte de la part divine se trouvant en chacun de nous. Personnellement, en essayant de rendre complémentaire mon humanité avec que je pourrai appeler ma parcelle divine, je me suis rendu compte de « l’entièreté » qui était mienne. Je laisse de côtés les concepts religieux qui ne sont à mon sens que des phénomènes collectifs sociaux et hiérarchisés afin de canaliser comme bon lui semblent une élite Auto-proclamée. Partant du principe rappelé par le Christ, notamment dans l’Evangile apocryphe de Thomas, que Dieu appartient à celui qui y croit sans avoir besoin d’intermédiaire humain, nul n’est besoin d’assemblée afin de ressentir l’interaction entre nous-mêmes et le monde qui nous entoure. Que ces dieux revendiqués par les religions conduisent à adorer des idoles personnelles
qui n’ont pas d’autre pouvoir que d’exclure, d’excommunier, de torturer et de tuer celui qui n’adhère pas à sa représentation partiale parce que partielle de la Réalité Une et indivisible. De plus, l’humanité trouvera toujours sur son chemin des hommes prêt à traduire, modifier, amplifier ou minimiser à leur grès (et selon des bénéfices attendus) des messages de Liberté, d’Égalité et de Fraternité véhiculés par des sages connaissant les arcanes de la Gnose Universelle. Il faudrait se demander pourquoi les FF:. MM:.  de tout bord sont parmi les premières cibles des régimes totalitaires dès leur début de prise de pouvoir ?

La Liberté de conscience, oui mais comment la mettre en œuvre ? Dans quel but ? Comment cela doit-il se traduire ? Pour ma part, il nous faut lier la notion de liberté de conscience avec celle de dignité humaine dans toute son amplitude. Considérer parallèlement et simultanément l’Être en en tant qu’individu et l’Être en tant que corps social. Pour ce qui concerne la pratique du R:. A:. P:. M:. M:. , il est apparu comme une évidence le fait que l’individu, par sa volonté propre, est l’élément fondateur du corps social. Et pour cela, le concept de conscience, sur le terrain de la spiritualité, nous apparait comme le point de départ afin d’ériger ce que notre P:. G:. M:. G:. Constant CHEVILLON dénommait « le Temple Social ». Ceci étant, il ne faut ni confondre ni opposer les notions de spiritualité et de religion lorsque l’on évoque la Conscience. La spiritualité est chose personnelle et individuelle, elle fait intégralement partie de l’élément fondateur de notre République qu’est la Laïcité. La Religion est nécessaire pour certains dans son organisation humaine hiérarchisée et codifiée. Elle met en exergue l’appartenance commune à un groupe. Malheureusement, les hommes et les femmes rassemblés sous la bannière du « religieux » décryptent selon les valeurs humaines du moment les messages et autres paraboles des prophètes, apôtres, messie ou autres catalyseurs de la pensée dite juste et harmonieuse. Et l’ensemble des organisations religieuses ont essayé, et certaines réussies, à remplacer le spirituel par le pouvoir, la politique, la guerre et même le sport au sein même du genre humain. En aparté, notons la relation entretenue par certaines élites entre le sport, la religion et la politique. Les stades sont devenus des lieux de dévotion aux Dieux sport et sont le siège d’un nouveau pouvoir. Des hommes meurent au nom de l’équipe en bleu sous les coups de l’équipe en rouge. Ne serait-ce pas une énième version de la maxime latine « Panem et Circenses», du pain et des jeux, afin d’occuper uniquement les esprits des citoyens et les éloigner des questionnements liés à la découverte de leur conscience propre ? Fin de l’aparté, nous pourrons en discuter lors de nos échanges à venir.
Mais revenons à notre Liberté absolue de Conscience et pour cela je prendrai quelques citations pour étayer mes propos :

1°) Selon l’Evangile apocryphe de Thomas Logia N° 81:
Jésus aurait dit : « Je suis la Lumière, celle qui est sur eux tous. Je suis le Tout, et le Tout est sorti de moi et Tout est revenu à moi. Fends le bois, je suis là, soulève la pierre et tu m’y trouveras. » Il s’agit là d’un lien direct et intime avec le Sacré par sa cons-cience propre.

2°) Coran Sourate 109 Al-Kafirun (Les négateurs) « Au nom de Dieu, Le Tout Clément, Le Tout Miséricordieux … Je n’adore pas ce que vous adorez … A vous votre religion, et à moi ma religion. » Elle aurait été récitée pour la première fois par Mahomet à la Mecque à une époque où les Musulmans étaient persécutés par les prosélytes. Il devrait être permis à chacun la mise en œuvre de sa conscience et sa manière de communier collectivement dans le respect de chacun. Il faut prendre garde et être attentif car il me semble qu’il ne faille surtout pas asservir son destin en asservissant sa conscience. Ne stérilisons pas notre conscience en étouffant la voix qu’elle élève. Ne prenons pas pour sa voix le reproche intérieur qui se produit parfois à la suite d’une éducation fausse, basée sur les préjugés et la superstition. La Vrai Conscience de l’Homme est une Conscience libre. Elle se reconnait au fait quel est conforme à la Nature et à l’Harmonie Universelle dont jamais elle n’étouffe les tendances. Est au contraire fausse, la conscience qui fait fi de la Nature et qui viole les lois naturelles. Pour celles et ceux que cela intéressent et pour une première approche par vulgarisation, je leurs conseillerai de se procurer le livre connu sous le nom de « Kybalion », édité en 1908 et faisant la synthèse des 7 lois naturelles de l’enseignement hermétique. Synthèse incomplète mais pertinente.

La Liberté est le premier message de la spiritualité pour ceux qui, dans des temps anciens, choisirent ce chemin de Vie. Et puis l’être humain a évolué, les croyances et les dogmes proposés par les religions dites du Livre depuis des milliers d’années sont avérées quelques fois insuffisantes pour construire sa propre spiritualité. A mon sens, la spiritualité passe nécessairement par la liberté de conscience et la maîtrise de l’égo. Il est complexe et simple à la fois de laisser libre cours aux qualités intérieures innées mais enfouis par l’acquis que sont la sagesse, la liberté, la pleine conscience, le courage et l’acceptation du fait que l’humanité fait intégralement partie de l’ensemble du Vivant, etc.

La F:. M:. de tradition :
Dans sa conception la plus haute, l’Art Royal a pour élément fondateur la recherche de la fameuse et mystérieuse « Parole Perdue ». Cette clé active permettant d’épurer de notre vivant des scories de l’âme, de mettre en action la notion de réintégration de l’homme dans sa divinité originelle, matière même du Grand Œuvre. L’Art Royal est ce qui définit très précisément la dimension initiatique de la F:. M:. de Tradition. Celle-là même qui superpose et réalise le concept de Roi à celui d’initié, origine même de l’expression « Art Royal » pouvant également signifier « voie initiatique ». L’initiation est bien un Art Royal qui permet la réalisation de l’esprit par un retour de l’homme, ou la femme, dans le TOUT, allant de la Nature au Cosmos, et plus particulièrement pas sa synchronisation énergétique et vibratoire. Pour atteindre cette plénitude théorique, les méthodes sont multiples. En ce qui nous concerne nous essayons d’élever des Temples symboliques en chacun de nous afin que nous puissions faire nôtre et surtout mettre en œuvre l’acclamation républicaine qu’est Liberté, Égalité, Fraternité. Depuis les origines de la tradition des bâtisseurs, bâtir, c’est accomplir l’acte de rassembler, de reconstituer. Eriger un Temple à l’image du Cosmos, qui signifie « Ordre ou monde ordonné » en grec, c’est recréer l’Univers à partir de chaque particules qui le composent. L’astrophysicien Hubert Reeves ne décrit – il pas l’humanité comme étant de la poussière d’étoiles…

Si la science moderne, avec tous ses développements, nous avait dotés d’une vie saine, harmonieuse, belle et parfaitement heureuse, personne n’aurait l’idée saugrenue de chercher autre chose. Mais comme bien au contraire, une grande partie des tentatives jusqu’à ce jour n’ont abouti qu’à une civilisation manifestement défectueuse, à une dégénérescence de l’humanité et à des calamités de toutes sorte, il est évident qu’il a fallu nous mettre en quête d’une autre approche du « vivre ensemble ». La moitié de la planète manque d’eau et de nourriture, l’autre moitié croule sous les régimes minceurs et le surplus de sodas…l’Inquisition catholique romaine écartelait, la Terreur révolutionnaire guillotinait, les hordes nazis gazaient, les turcs et autre Khmers rouges « génocidaient », Tsahal et les Marines torturent et dernièrement DAESH égorge et décapite … triste constat que celui-ci a travers l’histoire de ces cinq derniers siècles où pouvoir et religion réclamèrent leur quota de sang et de larmes.

Cette recherche intime pourrait nous conduire à découvrir si, par le passé, d’autres groupes d’hommes et de femmes vécurent une période plus heureuse. Notre conscience nous permettrait-elle de définir l’arbre par les fruits qu’il porte ? Au lieu d’essayer vainement d’étreindre le faisceau, infiniment développé, des manifestations de la Nature, essayons de comprendre plutôt le petit nombre des Causes qui les déterminent. La F:. M:. de tradition rassemble des femmes et des hommes s’appelant entres eux « ma Sœur, mon Frère ». Ces derniers essayent de conserver vivante la flamme des anciens enseignements d’où le terme de « Tradition ». Grâce à ses cœurs dévoués et à ces esprits intrépides, majoritaires au sein de nos RR:. LL:. , il nous est permis à ce jour de remonter les effets de l’Actualité pour desceller les causes de la Réalité. Mais ne nous fourvoyons pas, les FF:. MM:. ne prétendent pas tous être des phares pour l’humanité comme le furent à leurs époques ou pour toujours Socrate, Platon, Pythagore, Pic de la Mirandole, Montesquieu et bien d’autres. La presse écrite, lorsqu’elle n’a aucun sujet à traiter, fait ses choux gras sur les malversations des uns et des autres dans le microcosme maçonnique. Oui, c’est vrai, malgré tous nos efforts, certains se fourvoient dans les ténèbres et s’y perdent. Nous pouvons écrire et dire tout ce nous voulons sur les anciennes écoles de mystères dont la F:. M:. de Tradition est la descendante mais comme l’écrivait Carl Gustav Jung au début du siècle dernier: « Les plus belles vérités du monde ne servent de rien tant que leur teneur n’est pas devenue pour chacun une expérience intérieure originale ».

Conclusion
Après avoir fait l’expérience de la lutte et de la survivance de la Res Publica moderne, après avoir perçu et développé la liberté DES Consciences complémentaires quelles soit laïque (mentale) ou sacrée (spirituelle), certains ont choisi une voie séculaire a-dogmatique où chacun à sa place. Lieu où chacun, une fois suffisamment instruit de l’Art Royal prônant l’homme comme son propre Roi, pourra prendre toute sa place au sein d’une société en perte de repères. D’autres chemins tout à fait respectables, existent et portent des fruits aussi beaux et nourrissants. C’est pourquoi il nous semble, même aussi imparfaite soit-elle, que lorsque la République est remise en cause dans son existence même et que ses lois fondamentales et constitutives sont attaquées, nous devons prendre notre part de responsabilités. Le lien que j’ai essayé de vous faire partager ce soir entre les lois fondamentales de la République, la liberté absolue de conscience et F:. M:. de tradition que nous pratiquons au sein de notre Obédience est un cheminement naturel et fondateur. Ce message pourrait être résumé de la sorte :

Nous pouvons agir sur nous-mêmes, et par déclinaison naturelle sur notre environnement, notre société et que rien n’est perdu si nous reprenons la marche en avant que nos anciens ont tracés pour nous.

Je laisserai la conclusion à un homme dont l’existence fût écourtée car trop dangereux pour ceux qui se sont égarés dans des voies fausse et obscures. Il s’agit d’un message d’espoir remplit d’une Foi, d’une Espérance surréaliste et d’une utopie profonde pour l’époque :

« Je rêve qu’un jour toute la vallée sera relevée, toute colline et toute montagne seront
Rabaissées, les endroits escarpés seront aplanis et les chemins tortueux redressés, …
Avec cette foi, nous serons capables de distinguer dans la montagne du désespoir une pierre d’espérance. Avec cette foi, nous serons capables de transformer les discordes criardes de notre nation en une superbe symphonie de fraternité…Quand nous permettrons à la cloche de la liberté de sonner dans chaque village, dans chaque hameau, dans chaque ville et dans chaque État, nous pourrons fêter le jour où tous les enfants de Dieu, les Noirs et les Blancs, les Juifs et les non-Juifs, les Protestants et les Catholiques, pourront se donner la main ! »

Vous connaissez certainement mieux la version anglaise résumée par ces 4 mots :
« I have a Dreams ». Il s’agit d’un morceau choisi du discours du Pasteur Martin Luther King, le 28 août 1963 à Washington un siècle après la théorique émancipation du peuple noir américain. Ce discours a été lu à l’ombre d’un obélisque égyptien et au pied d’un Temple gréco-romain… le Pasteur King sera abattu cinq ans plus tard.
Mesdames, Messieurs, chers amis, mes SS:. et mes FF:. , merci de votre attention.
J’ai dis

Avec tous mes compliments et mes remerciements à mon correspondant.

Copyright  :  P. G., le 2 avril 2015 E:. V:.
Membre du Suprême Conseil
:. Rite Primitif:. (Paris 1721)
Rite Primitif des Philadelphes (Narbonne 1779).

SOURCES : Rite Ancien et Primitif de Memphis~Misraïm
Souverain Sanctuaire pour la France et les Pays Associés
GRANDE LOGE MIXTE FRANCAISE
D E  M E M P H I S ~ M I S R A Ï M
F i l i a t ion : GARIBALDI , BRICAUD, CHEVILLON, DUPONT Membre de la Confédération Internationale de Puissances Maçonniques.

Ce contenu a été publié dans PLANCHES, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.