MISS TERRE et UNIS VERS l’HAUT SEANT

 Planche de correspondant

Bonjour les Zamisssss

Dans tous ces grands tumultes et ouragans de la vie, l’on peut en ressentir quelques fois cette nécessité bien légitime à souhaiter s’arrêter, grimper dans un arbre paisible de silence divers pour y balancer ses jambes, observer dans la plus grande quiétude les étoiles et demeurer bien paisiblement en place ou en léger retrait face choses,…laissant en outre, juste et simplement la réflexion s’imposer d’elle-même à ce petit nous.

Il est ainsi sifflé dans le Tao Te King et son chapitre 10, le juste ceci pour appuyer ces écrits, qu’il en faut accorder le corps et l’âme afin qu’ils voguent à l’unisson et ne se séparent pas.

Concentrer sa force vitale pour ainsi la rendre docile comme celle du nouveau-né. Au-delà du réel, scruter le miroir poli par le regard de l’âme et se laisser aspirer par la lumineuse obscurité. Ménager le peuple sans intervenir.

Rester serein, comme la femme, lorsque s’ouvrent et se referment les portes de l’existence. Garder son ignorance et voir les choses dans leur lumière. Donner la vie et la protéger. Produire sans s’approprier. Agir sans rien attendre. Diriger sans dominer. Tel est le chemin de la mystérieuse perfection.

Crainte du devenir, envie de vivre autrement, désir de changer. Cette phase de chemin s’en ressent tel un virage crucial au recentrage sur notre façon de respirer les choses un jour ou l’autre!

Nous en sommes Toutes et Tous sur cette belle Terre ici et maintenant et devons prendre conscience que chacun de nos petits pas est terriblement précieux comme près des cieux. Ceci, confirmé en outre par l’Ami Lin Chi qui murmure à nos oreilles que le miracle n’est point de marcher sur l’eau, mais de marcher sur la Terre. L’entendons-nous suffisamment… ?

Adepte de la méditation ose humblement prétendre ici que cette dite pratique est la clé voûte qui surplombe ce carrefour des contradictions et autres aspirations rencontrées dès lors!

Oui, ce genre de clé à mettre en relation avec un rôle double de fermeture ou ouverture, de discrimination et d’initiation,  et qui fit de St Pierre l’illustre élu détenteur à l’accès au Royaume des Cieux. Ces clés qui lient et délient, tels autres Solve et Coagula, emblèmes forts à ce Janus ou ces Grands et Petits miss Terre hermétiques, mais plus tard, plus tard.

Ces dernières dé – scellées(contradictions) sous formes d’attente, de précipitations des choses, de replis sur soi, de passages en force, ne sont effectivement, autant de signaux d’alarme que la conscience, le corps ,ou mieux encore la Vie nous envoient le plus subtilement possible, car Eux, ne somnolent jamais, loin s’en faut !

Car et certes, la vie sur Terre est relativement courte comparativement vers cette longue poursuite en avant de l’Homme qu’est l’immortalité, avec néanmoins cette réserve qui en impose de s’adonner à certaines pratiques bien avant qu’il en soit trop tard pour le faire. La méditation, la respiration, le travail sur le flux et reflux énergétique, les points vitaux ou autres chakras (issus du Kundalini-yoga, pratique indienne, et dont la puissance ou puisse en Ce est posée dans le sacrum et permet une lancée à la plus haute conscience de Soi. Les 7 du genre en demeurent de formidables régulateurs de santé) ainsi que d’autres activités très subtiles, peuvent contribuer à un certain processus d’allongement vital, mais nous en demeurons soumis en parfaite équation équilibrée avec le dit facteur du destin malgré tout, faut pas se leurrer non plus.

Selon certains dires, il existerait deux registres, dont l’un assez volumineux en serait celui des individus du commun, des incroyants et autres mécréants, et un autre, bien moins épais qui en serait celui des Immortels. Toujours selon ces dires, les Dieux rayeraient via mérites et efforts les noms élus du Livre de Mort, pour les transférer dans celui de Vie, confirmant ainsi cette idée souhaitant une tenue impeccable de ces ouvrages et le fait de n’être pas baptisé tel Immortel, par le fait du hasard que d’un véritable engagement et travail sur Soi..

L’Alchimie, dans ce genre d’approche, est ainsi avant tout une religion dont l’objectif essence-ciel, mais pas que non plus, est de mener ses adeptes vers une Vie qualifiée d’Éternelle(éther né d’Elle), ou comme on dit en Orient au Chang sheng, vie longue et infinie. Cette notion bien déposée de Vie Éternelle a une certaine évocation à tonalité chrétienne certes, mais qui malgré tout, affiche des idées bien différentes.

Car, et en effet l’approche en ces notions que sont l’Immortalité et la Vie éternelle ne s’offre nullement de façon similaire, loin s’en faut, pour les Taoïstes que pour les Chrétiens. Ces derniers, modulés et formatés à la philosophie Grecque demeurent dans une dualité en considération et en distinction avec ce qui se définit comme Matière et Esprit, car il est de fait également que la mort en atteindrait la Matière exclusivement, pour et afin de laisser errer et subsister l’S prit .

Les Alchimistes, pour la plupart semblent avoir quelque peu changé la donne en n’établissant pas ce genre de distinction pure et dure et ainsi simplement composer avec les états de l’invisible et du visible.

Effectivement l’individu selon la théorie d’Orient ou de la Terre noire, n’est pas dans cette dualité opposant l’âme au corps que davantage dans son Unité….résumant une philosophie discrète et d’autant plus profonde pour l’être humain a tenter gagner cette immortalité certes, mais sous une forme heureuse plutôt que errante.

Aussi, ainsi et pour s’exécuter, la matéria prima, dans ce Temple Athanor nous lance au visage qu’il se faut parfaire par Soi-même, en traversant les étapes….pour s’inviter à la table de cette comparaison ultime et analogue d’un serpent se débarrassant de sa vieille peau, en quelque sorte.

Cette  »fausse mort » ou autre libération de l’individu se nommant Shijie….et est comparable à ce Nigéro déjà survolé antérieurement.

Un recueillement dans un absolu silence amène ainsi de véritables réponses aux nombreuses questions qui hantent notre esprit au quotidien. Nombre de religions et philosophies en ont par ailleurs si bien intégré cet aspect et processus des choses, qu’elles en font même parfois des impositions de pratique via différentes formes de retraites ou replis sur Soi !

Aussi, focaliser son attention sur le présent de nos actions dessine une évolution, certes, ainsi que ce qui nous vient de façon spontanée à l’esprit, nous l’avons déjà précisé ailleurs. Mais il importe par-dessus tout d’identifier les ressources de nos besoins pour réaliser ce devenir le plus agréablement possible.

Un célèbre alchimiste du IVe siècle, nommé Ge Hong, dit formellement ce qui suit :

« Ceux qui n’accomplissent pas d’actes de vertu et se contentent de pratiquer les procédés magiques n’obtiendront jamais la Vie Éternelle…. » et ainsi de rejoindre d’autant plus proches adeptes de l’Ora et labora (prie et travaille) qui en alliaient nos Bénédictins à la vie monastique comme au travail manuel, quoique non exclusive à cet Ordre en termes de spiritualité.

Well, a savoir peut être qu’il en sera alloué une troisième règle (ah…ce 3) qui en était la méditation…

Ben oui quoi, d’où vient cette flamme, quelle est son Origine…N’est-il point question qui vaille autant pour regarder dans les profondeurs de l’Homme ?

La réponse est-elle ailleurs où davantage en cet Homme…

Il ne manque qu’un principe pour l’intégrer : celui de notre aptitude à la juste compréhension et à effleurer ou toucher notre moi.

D’où vient cet Homme et ce Cosmos, le monde (et où est-il allé déjà depuis le début en lecture de cet article ?)….alors que ce qui se manifeste ne vient de nulle part, et quand il en cesse de se manifester, ne va nulle part non plus… ?

Il en fallait donc pour les Hauts Sages souhaitant la survivance du corps, de transformer le lourd en léger, bref de remplacer les os en or et la chair en jade.

Il en est par ailleurs dit ceci pour celui qui en avale le Cinabre et en garde l’Un, qu’Il n’en finira qu’avec le Ciel ; Que celui qui fait revenir l’Essence et pratique la Respiration Embryonnaire aura dès lors une longévité sans bornes.

Of course et sous ces analogies sont dissimulées et voilées les pratiques majeures se plaçant sur le chemin de l’immortalité….jouant le grand Tarot Alchimique, avec l’Unité via la concentration, la pratique du silence et l’exaltation, la pratique de la respiration…résumant donc d’aller vers une abolition de la mort couchée matérielle pour en accoucher quelque chose de bien plus quintessencié, aboutissement de tout le processus d’opérations alchimiques.

Il en est du cinquième élément, partie voilée de la matière.

Ps: Les Chinois via une théorie issue du Hong-Fan, en jouent déjà sur les 5 éléments suivants, que sont l’eau, le feu, le bois, le métal et la terre…ayant chacun leurs correspondances dans le temps et l’espace, une couleur, une saveur, une planète,….

Ps’:  Pour les Grecs, les éléments en restent au nombre de 4…eau, air, feu et terre, non irréductibles entre eux que plutôt se transformant les uns les autres.

Ainsi donc, il y a plusieurs approches fondamentales pour se faire.

Une des première qui s’offre directement, étant de bien déjà, demeurer conscient du fait que nous disposons Chacun et Chacune, de qualités et capacités pour être heureux, sans nul besoin ou appui extérieur, une seconde, peut-être insiste davantage sur le fait d’être dans cette philosophie de l’ici et maintenant, et donc d’être toujours soi même, peu importe ce qui survient et advient.

Ce genre de passage de l’Homme vers le spirituel, trace un chemin, nous menant vers des paliers successifs d’évolution trans -personnel, guidant, eux, vers notre véritable essentiel.

Cela résumant cette optique, que les voies de la connaissance de Soi, peuvent être entreprises sous divers aspects,…dont les principaux embranchements de notre Y sont tels une certaine forme de  »savoir vivre » en totale intelligence avec le soi et les autres….et cette autre, d’une véritable intégration avec l’humanité et le cosmos….

Et déjà éventuellement se poser qui sait, cette question élémentaire-élément Terre voulant que puisque la Vie éternelle en est une sise dans un corps, et qu’un nouveau corps ne s’invite point après la mort d’un individu, d’où émergera donc cette immortalité?

Cette question offrira dès lors une certaine conception sur le travail a faire en Lui, durant ce clin d’œil sur Terre, et les pratiques citées plus haut, comme leur importance respective….

Pour maintenant faire court, notre corps en est ainsi devenu pareil à cet embryon qui l’a vu naître, issu d’un développement ultime ou comme déjà  »lancé  »ailleurs aboutit à cette délivrance cadavérique/ré embryonnaire. Il ne demeure dans le tombeau que la coque vide, dans un cercueil devenu très léger maintenant.

Ainsi et pour aller vers une conclusion, notre corps éternel se forme de manière mystérieuse et subtile à l’intérieur d’un autre, mortel Lui, et dont il remplace les métaux lourds ou scories périssables en un quelque chose d’impérissable.

Par ailleurs donc,il en est des âmes multiples qui animent et habitent ce Vous, mais le tout demeurant dans ce principe d’Unité offrant cette nécessité absolue de conserver ce corps tel maison commune de l’homme.

Le corps Xing, oxygéné par le Souffle Ki ou Qi voir Prâna, l’essence Jing ou le Shen Esprit S prit module le Shen Homme…tout entrant en inter- relation, comme le Soufre, le Mercure et le Sel principe inhérents à nos contrées.

Ps: Trinité Chrétienne d’Un seul Dieu en trois personnes, triangle équilatéral ou ce Père au sommet, le Fils au milieu, la colombe au St Esprit à la base sur une autre croix ou davantage encore et peut être les trois cercles entrelacés dans une infinité commune…

Le développement d’un véritable adepte demeure relativement complexe certes et pourtant si simple à la fois paradoxe qui ,néanmoins, dans cette mesure a ne se vouloir point non plus se transposer sur une pédagogie ou autre sciences comportementales mais de plutôt montrer que le code du corps et de l’esprit tel schéma à l’Alchimie reste un merveilleux comme efficace support et outil.

En effet, soyons convaincus que tout perfectionnement s’entame positivement à partir d’une base corporelle,  et que cette  »demeure » corps, est une assise concrète validant les diverses étapes à affronter.

Selon l’investissement de l’itinérant, ladite Voie pourrait en offrir un panel restreint ou un chemin vers l’excellence, et soyons certain également, qu’elle n’est pas unique,  comme moyen d’évolution.

Or la Voie royale ou droite en signifie depuis l’Antiquité l’ascension de l’âme d’où par ailleurs cet écrit de Philon d’Alexandrie qui en dit d’y entrer et de louer Celles et Ceux qui pensent qu’il faut en laisser les choses de la Terre, dans cette Voie dont nul homme n’est maître, mais seulement Celui qui est vraiment roi. Aussi Celui qui fait route via cette voie Royale ne se fatiguera point jusqu’à sa rencontre avec le roi.

Mais la spécificité de la chose tient dans la nature d’un engagement physique étroitement liée à une philosophie de vie. Ora et Labora

Aussi ce qu’il faut absolument intégrer, via cette chouïa chronique, est le fait que tout individu qui en veut capitaliser les énergies dans une recherche intérieure, sur le Soi profond y trouvera chaussure à son pied !

La Voie que l’on se doit d’emprunter ici ne souhaite pas poser des hypothèses  »tordues » et compliquées mais toujours d’avoir une action directe sur la juste formule.

Il y a donc un certain comme nouveau dynamisme dans la façon de se comporter face aux divers phénomènes et situations rencontrées !

Un équilibre veillera a s’installer doucement dans chaque actes de notre quotidien et non sans contrainte et conséquences sur un autre, davantage intérieur, lui.

Ils en seront ainsi donc une sorte reflet de l’un vers l’autre.

La porte est ainsi ouverte béante à l’Art et au lot des questions existentielles. Quel est notre système de valeur, quelles sont nos croyances, quelle est notre place dans cette réalité que nous nous représentons,… ?

Autant de questions, qui aident a porter une authentique définition…sur ce que nous sommes réellement.

Plus important encore, ces fameux principes par lesquels nous vivons correspondent ils à une réalité ou ne sont-ils qu’illusions idéalisées, voire déformées ?

Nous sommes si certain de nous connaître…mais demeurons nous vraiment nous-même dans cette estimée connaissance ?

Sommes-nous aussi performants et efficaces que nous souhaitons l’être en toutes circonstances ?

Comment se délester du savoir subjectif pour aller à l’essence authentique des choses ?

Un véritable travail est a faire sur le pouvoir de structuration en cette image extérieure nôtre, rejaillissant donc vers une véritable harmonie intérieure.

Aussi et en conclusion rapide : Vous aurez compris que plus un esprit est équilibré, plus un corps en mobilité est paradoxalement  »stable » et inversement par ailleurs.

Il y a donc une morale du corps et de l’esprit unis dans une essence aux formes et connotations particulières.

Le but de ces chroniques n’est point de révéler la science exacte du comment faire ce serait bien trop prétentieux mais de plutôt amener vers des pistes a emprunter individuellement selon le propre degré d’aptitudes diverses et inhérentes à Chacun(e).Tout le monde est Alchimiste quelque part et nul besoin de porte la longue barbe blanche ou d’être exilé sur une montagne inaccessible, voir dérobé dans un antre ou donjon obscur.

Il en revient donc à Tous ici, d’effectuer un certain décodage des messages posés, explicites ou implicites.

En l’occurrence, et par la juste compréhension de ci-dessus…il se faudrait peut-être, qui sait, tenter de transformer la masse des données dotées de sens, pour voir à l’utiliser en tant que levier d’action et au risque de demeurer éternellement dans le virtuel ou le rêve des mots posés.

Catalyser les forces environnantes nous mène à placer le positif sur les effets, et de convertir le négatif, pour les rendre aptes au succès de notre  »mission ».

Pour faire la clarté par un exemple…prenons en l’effet de  »Stress », accepté et reconnu par tous…que l’on modulerait en terme vitalité positive !N’en serait-ce pas un véritable élixir que cela ?

D’aucuns diront, à juste titre que c’est plus facile à écrire qu’à faire et d’amener vers ces questions du quelqu’un m’agresse, m’insulte, me séduit, m’indiffère, et du : que dois-je faire alors ?

Et voir répondre peut être, que les impacts des situations varient d’une personne à l’autre, de la façon dont l’on perçoit et intègre les choses en questions,…comme de beaucoup d’autres paramètres.

Pour un Soldat ou policier…la priorité repose essentiellement sur sa compétence et aptitude a passer à l’acte, bien certainement.

Ses ressources, son bon sens et son analyse…doivent être et surtout savoir se mobiliser pragmatiquement vers une formule des plus adéquates et adaptées au possible.

Aussi et pour terminer ici, je pense sincèrement que le rôle éducatif de l’Alchimie sous toutes ses formes et approches pour peu qu’Elle soit des plus noble, consiste non seulement à aider les individus à affronter avec une certaine quiétude, la violence du monde, mais également à permettre à Chacun(e) de se retrouver réellement, et par là même, de ne plus s’égarer dans les chemins tortueux de la Vie.

Il se faut ainsi avoir, une prise de conscience, soit brutale, soit progressive, (il en est de ce feu parfois à maintenir doucement ou inversement..) sur le chemin du perfectionnement de Soi, car nous en sommes les détenteurs des clés en Ce monde-là !!

Ainsi qu’il en demeure assez délicat de vouloir modifier le  »vieux » monde dit extérieur  celui qui nous agresse et fait mal. Devenons en fluide et cool au sein des événements et circonstances; tout comme ces nuages, tant cités, se reflétant sur les eaux des lacs,et n’en troublant pas la surface, ni y laissant trace.

Le vent se lève….Il ne déplace aucun nuage, Lui, c’est eux qui se retirent délicatement…et il fait torride. Merciiiiiiiiiii

Marco Hyotte 27 juillet 2018

 

Ce contenu a été publié dans PLANCHES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.