BALANCE TON OR DIT LE FER

Planche de correspondant du 19 juin 2018

Bien le bonjour les Zamissssss…

Il est peut être très intéressant de savoir, pour certains et certaines d’entre Vous  que les Esprits des grands Maîtres en terme de Sagesse (du grec ancien σοφία / Sophia), demeurent perpétuellement en activité, et même si l’art Rose les frappe aux genoux sur le banc qui sied dorénavant si bien à leurs vieux os….mais chutttt, nous y passerons Tous

En effet, ils ne stagnent jamais, ni sur une seule personne que davantage sur telle ou telle autre phénomène, pour en laisser plutôt se dérouler doucement le (s) situations qui se présentent à et autour d’eux.

En outre, les corps eux-mêmes non plus, n’en viennent a se figer pour Celles et Ceux qui en détiennent quelques clés utiles!

Dans cette approche souhaitée donc, il peut être ainsi avantageux d’aborder les métaux sur une optique quelque peu autre que celles qui en demeurent essentiellement de types académiques.

Ainsi donc nous allons en sortir du domaine purement métallurgique afin d’en suivre des schémas voire divers concepts qui surfent de beaucoup plus près sur des aurores lancées par ces grands Paracelse (né Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim en 1493 à Einsiedeln et mort le 24 septembre 1541 à Salzbourg)et autres Hermès…et qui se jouaient à placer le métal comme ce petit d’Homme, dans une osmose avec nos sciences,…cela of course avec le plus d’humilité qu’il soit possible d’expirer dans une petite chronique..

Il y aurait donc une parfaite unité qualifiée d’interactive malgré tout, entre l’action du corps, la sagesse et l’intuition…..le métal et le cosmos.A savoir que René Alleau sort de la dérive Grecque ‘’métallon’’cette racine ‘’mé’’ qui est ce nom le plus ancien donné à l’astre lunaire.

Or,force est de constater qu’effectivement entre l’Homme et les métaux, il y a une très forte relation, ce, depuis l’aube des temps….en tant qu’outils, armes ou ustensiles déjà et comme d’un autre côté ces dits métaux œuvrent en l’Homme via la terre, l’eau et l’air en se retrouvant dans l’organisme sous forme de catalyseurs au niveau de ses processus énergétiques.

Par ce fait, pour Celles et Ceux qui savent un « temps » soit peu décrypter les messages discrets de l’Unis vers, on peut y trouver ici un des secrets de la philosophie qui nous intéresse dans cette quête d’un juste devenir, et y porter réflexion….mais n’allons pas trop vite quand même et commençons en par poser un premier pas.

Symbole de dureté, de rigueur et opiniâtreté, d’inflexibilité et de robustesse, le fer (nous commencerons par le fils de Mars) s’oppose au bronze et au cuivre, notamment dans la Chine ancienne,…tel ce métal vulgaire face au nommé noble,  au même titre que l’eau au feu, le noir au blanc, le nord au sud, le yin et yang (fondez l’Univers et reformez le = le Solve et coagula hermétique, les métaux mariés par la fonte.. l’alliage qui se la joue à l’alliance car s’allie en Ce),le jour et la nuit, e soleil et la lune,…

Dans la mythologie ancienne, son âge était celui qualifié de dur, aboutissement du cycle qu’est la solidification…et confirmant ce Beau de l’air qui nous en siffle allègrement dans ses Fleurs du mal le ceci que cette beauté sombre comme le fer, est celle que forge et polit l’enfer.

Well donc et malgré tout, de savoir que sa vulgarité n’est point une notion constante, car issue du Cosmos et  »tombé du ciel » ou qui s’est émergé de la Terre, il en affirme en outre, des données reliées vers l’embryologie ancienne.

Il faut malgré tout rester conscient de sa valeur ambivalente comme dite instrumentale tel agent du principe actif changeant la matière stablo-inerte (couteau, bêche, charrue, ciseaux…) et son côté destructeur, de guerre et mort.

Et de conclure dans ce rapide descriptif, par cette vue apocalyptique d’Hésiode, qui nous exprime, Lui, que la race de fer est synonyme du règne de la matérialité, e la régression vers la force brutale et de l’inconscience.

Le métal chthonien et profane, s’amuse donc dans le grand parc de l’impur, le diabolique…mais pas que non plus!!

Mais, ne serait-ce pas trop simple en fait que de s’arrêter là,…et donc d’aller voir plus loin vers d’autres horizons métalliques au sein des organismes vivants et par là même, pourquoi pas, au sein de notre propre corps ; fonctions que nous mésestimons et qui au demeurant sont essentielles ( c’est à dire liées à l’essence-ciel) à la naissance et à la sauvegarde vitale.?

Effectivement, il se révèle la constante suivante que toute cellule animale, minérale ou végétale constitue un espace où les métaux catalysent et structurent la vie.

Alors que des métaux agissent directement sur notre charpente, l’ossature, l’édification des os, tel exemple le calcium ,…d’autres restent davantage actifs dans l’organisme sous une forme au raffinement de beaucoup plus subtil, base d’un processus dynamique. Cette existence ainsi considérée, est un équilibre fondamental d’interactions qui se développent dans l’espace-temps micro et macrocosmique.

Il en est d’ailleurs de cette loi fondamentale, reprécisée dans ce cadre d’apprendre à opérer en le Soi, cette Transformation/Transmutation, de sorte a savoir se libérer du grossier ce qui est davantage subtil et cet esprit vivifié qui y sommeille depuis trop longtemps..

L’équilibre en est a ce prix du siège de cette voie à la souhaitée libération et transcendance de l’âme….ou en mode plus rapide 🙂 la rectification de la pierre brute (VITRIOLvisita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem)

L’Alchimie dans cette approche, nous l’avons vu, n’est nullement une quelconque exclusivité à connotation spectaculaire aux paillettes et démonstratrice, ni ou uniquement une culture spirit tue elle à plein temps.

Avec ce temps défilant justement, ces ermites aux labo-oratoire eurent donc ce souhait vers quelconque obtention non seulement d’un pouvoir objectif et d’envergure, mais également quelque peu  »magique », ésotérique, voir cabalistique.

Ils souhaitaient pouvoir affronter les heures et chaleurs, comme les hivers les plus sombres et solitaires, les fatigues les plus soutenues, les épreuves, le temps passant…et ainsi donc, à force de discipline extrême et de rigueur, modifiaient leur esprit comme le sculpteur modèle son Oeuvre (et donc Lui), …rectifiant et façonnant ce dernier goutte à goutte, de sorte à le rendre le plus fort et malléable au possible, comme ces métaux qui d’état solide en passent si aisément à celui de liquide, l’adaptation en étant à ce prix.

Voulant absolument atteindre cet état mental d’acier, Ils en détenaient donc un objectif vers ces dons d’engagement du soi et de ductilité de l’S prit..

Ainsi encore, ces liens actifs et dynamiques à l’intérieur des organismes-forges ne reconnaissent aucunement la coquille des êtres vivants comme un mur ou quelconque frontière, ni la surface des matière minérales comme une démarcation.

Ces relations s’établissent ainsi via une osmose très intime entre corps et environnement, entre le nous et l’autre ou au mieux… le reste du monde, entre le microcosme et le macrocosme, entre les sphères les plus volumineuses comme celles des planètes de notre système solaire et le petit Om en termes de particules.

Le Temps travaillant toujours et pour Tout le monde, e son côté également (dit plus haut, content de l’avoir avec nous, celui-là.. )….les techniques employées pour dépasser le fer, à ce stade, mais d’autres encore que nous aborderons plus tard, se transformèrent délicatement en méthodes pour trancher son propre esprit, son ego tout en découlant donc, subtilement vers une Voie à la détermination,, la résolution et la décision, hors du commun….mais également apte à la plus grande adaptation, fluidité, lisibilité.

Notre époque se pose sur des phénomènes de mode, c’est ainsi…or, et de nos jours elle semble s’orienter sur ce chemin d’une ré-observation des liens-réseaux entre cette existence terrestre avec le cosmos.

Les jeux cosmiques, la rapprochement lunaire avec les rythmes vitaux, la modification des différents flux sanguins comme énergétiques de l’Homme en conciliation avec la course du soleil en ouvrent une piste d’accueil assez plaisante…

A son tour, et comme vu plus haut l’enveloppe dite terrestre n’est plus considérée comme une frontière-limite que davantage une enveloppe largement poreuse aidant les contacts avec et vers le cosmos.

Tout en donc en interrelation, identique à l’enveloppe embryonnaire diffusant vers l’enfant les forces de l’organisme maternel,…et dans notre approche, vu telles de multiples couches atmosphériques modifiant, propageant et transférant à l’existence terrestre les rayonnements universels. Sans cette transformation ces rayonnements en perturberaient jusqu’à la destruction complète, toute existence sur terre. C’est ainsi que ces éléments, sous leur forme énergétique plus que subtile, et qui oxygènent via un rôle entre les cellules de notre organisme, jouent également un mandat entre ce dernier et la sphère terrestre, ou entre la sphère terrestre et les différentes sphères cosmiques….Tout étant affaire de transferts Haut-Bas et inversement…:)

L’Alchimie moderne va trouver ainsi sa véritable place comme identité dans la société contemporaine, et dans cet effort à fournir, pour l’obtention d’une réelle transmutation grâce à une force spirituelle inhérente à l’Homme, et issue des analogies propres au secteur.

Ayant de surcroît une haute vision de la Vie, ces Sages se situent dès lors, bien au-delà d’une norme banalisée, ne fût-ce que par leurs comportements et agissements.

Car, que l’on sache bien qu’il ne se peut d’enfermer cet état d’esprit dans un système radicalisé ou étriqué…car le(s) code est large et réside en ces Individus eux même comme dans un sens non seulement plus profond mais aussi essentiel; celui de la Vie, simplement et de sa Sœur indissociable; la mort.

Placé bien au-delà de la relativité, il n’y a dès lors nul choix ou autres options, que juste une seule et unique décision dans l’action, comme de la pensée…..les phases étant certes étalées en suivant cours, mais jamais scindées entièrement.

Ce qu’il importe de retenir en ce chouïa chronique est ce fait que les métaux demeurent plus qu’intimement mariés à la vie sur Terre.

Certes, nous ne trouvons point d’or en chaque parcelle de terre qu’il s’en rencontre plutôt sous forme de minerais ou de diverses combinaisons, mais l’eau-air demeure malgré tout une présence forte et pure sur le globe, apportés ça et là du Cosmos, via les météores.

Nombre de petites histoires issues de toutes les philosophies et courants de sagesse, tendent à afficher ce que serait l’idéal d’harmonie par la juste pratique, la force et la conscience unifiées….

J’aimerais, avec Votre indulgence chers Amis, insister particulièrement sur cette notion d’unification, car il est facile de déceler ces dites facultés certes…mais de très souvent abordées sous l’angle de l’indépendance, les unes par rapport aux autres.

Demeurer au-delà de toute apparence, conscience, préjugés,…est ainsi donc la formule  »magique »…pour réemployer ce terme et peu importe selon mon avis une stagnation de vie dans ce métal vil qu’est le fer, ou autre.. le débat est bien ailleurs.

Avec une immersion véritable en Soi nous ne pouvons que parvenir à ces états de transmutations, que l’on pourrait aussi aisément qualifier de déstructuration, quelque part.

Toutes ces analogies des métaux vers l’Homme sont très importantes et par ailleurs, se projettent tels éléments de la Terre vers ces planètes, éléments du Ciel.

Or dans son canon troisième traitant du fer et de ses propriétés,, issu du livre contenant les sept règles ou pour les sept métaux connus(Le Ciel des Philosophes ou Livre des recherches de Philippe Théophraste Paracelse) ..il est bien fait mention de la difficulté de faire d’un homme bête et vulgaire, un Prince ou un Roi.

Mais Mars, grâce à sa force, acquiert la souveraineté et s’empare de la place du Roi s’il prend garde aux embûches et ne se  laisse pas emprisonner.

L’Alchimie ne propose rien d’autre que de transformer un métal, en un autre considéré comme meilleur…Ok, mais meilleur par qui et pourquoi ?

Le Maestro termine avec ceci que je ne trouve point oxydé, malgré le temps écoulé…que Celui qui cherche les métaux ne s’attarde pas seulement à ceux qu’on trouve au sein des montagnes. Bien souvent, on trouve à la surface de la terre(et j’ajouterais à coté de Soi plus que parfois) des choses (ou personnes) valant mieux que ce que l’on trouve dans les profondeurs, c’est à dire celles qui sont plus loin du ciel.

Il faut examiner toute pierre, peu importe son aspect présenté. Un silex vulgaire et méprisé peut-il valoir plus qu’une vache….ha ha

Tient le vent se lève, les nuages partent …c’est joli.

Merciiiiiiiiiiiii                                                                                                   Marco Hyotte

 

Ce contenu a été publié dans PLANCHES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.